Association Technique Maritime et Aéronautique
Panorama maritimes > 20172016201520142013

La Construction Navale Civile

Ce document est un résumé préparé par l’ATMA à partir du rapport annuel de BRS, membre de l’ATMA, pour l’année 2014 est des derniers éléments communiqués par BRS pour le début 2015.

1- Contexte

Les acteurs du domaine maritime civil avaient probablement en tête une croissance de la Chine à deux chiffres pour commander en particulier nombre de vraquiers et de porte-conteneurs géants. Or il se trouve que la croissance chinoise est loin d’être à ce niveau avec seulement un peu mieux que 6%. Le trafic maritime a une croissance très modérée, 4% entre 2009 et le début 2015.

On voulait croire aussi qu’il n’y aurait pas de surcapacité. Il serait temps de reconnaître que ce risque existe dans de nombreux domaines du transport maritime et que les acteurs se décident à une nécessaire rationalisation, vu le danger pour certains opérateurs de disparaître s’ils persistent à surestimer les perspectives.

La dynamique surprenante observée en 2013 s’est poursuivie jusqu’au printemps 2014, mais il ya eu ensuite un net ralentissement des commandes. 131 millions de dwt (1651 navires) ont été commandés en 2014 contre 152 millions (2114 navires) en 2013. Ce ralentissement se confirme au 1er trimestre 2015 et BRS estime que les commandes 2015 ne devraient pas dépasser 50 millions de tonnes. La contraction de l’offshore est aussi très forte.

2- La Chine

La Chine détient 47% de part de marché à la fin 2014 ; la Corée du Sud est à la deuxième place avec 28% et le Japon reste à la troisième avec 17%. La construction navale européenne reste au niveau de 2%.

Les chantiers chinois, fournisseurs de navires standards, sont toutefois confrontés à une contraction vertigineuse entre 2014 et mai 2015. Une consolidation est nécessaire et il est probable que certains chantiers vont fermer comme cela avait été le cas à l’issue de la crise 2008. Le secteur vraquiers est le plus touché avec un arrêt brutal des commandes à la fin 2014.

3- La Corée

En Corée, l’orientation vers les navires spécialisés à forte valeur ajoutée se confirme. L’année 2014 a été bonne pour les navires spécialisés (chimiquiers, méthaniers, …). On verra plus loin que c’est également le cas pour les navires à passagers en Europe. On constate aussi la poursuite d’un taux de commandes élevé de porte- conteneurs géants dans les trois grands chantiers coréens ; ces chantiers ont reçu aussi beaucoup de commandes de méthaniers.

4- Le Japon

Les chantiers japonais restent soutenus par la demande intérieure, mais leur part à l’exportation n’est pas négligeable grâce au faible cours du yen.

5- L'Europe

En Europe, le désengagement de STX se poursuit. 70% du capital de STX Turku a été repris par Meyer Werft et le gouvernement finlandais. Il faut rappeler que l’année dernière STX Rauma et STX Helsinki avaient été également vendus. STX cherche aussi à se désengager de STX France.

Damen continue son expansion et a ouvert un nouveau chantier au Vietnam.

Le groupe russe Nordic Yards, qui possède déjà deux chantiers en Allemagne (Wisman et Rostock), a repris un troisième ( Stralsund) qui était en cours de liquidation.

La Roumanie est toujours le leader européen avec Daewoo Mangalia HI, chantier qui fait à lui seul 65% du carnet de commande européen.

6- Méthaniers

2014 a été une année record pour les méthaniers alors que les années précédentes avaient déjà été excellentes. Le programme Yamal, avec ses nombreux méthaniers brise-glace y a contribué.

En 2014, il y a eu 69 méthaniers commandés. La performance de DSME est exceptionnelle avec 39 commandes et en particulier les 15 méthaniers brise-glace pour Yamal.

Pour l’avenir, il a toutefois des signaux d’inquiétude avec le cours du baril qui peut ralentir les programmes gaziers et les difficultés prévisibles pour l’industrie navale mondiale. Il n’y a que 12 commandes pour les 5 premiers mois 2015.

En termes de technologie, la technologie membrane GTT reste prépondérante par rapport à MOSS et SPB, avec environ 120 navires en carnet de commandes. Il faut noter l’apparition d’un système membrane coréen avec la commande à Samsung HI de 2 navires pour l’armateur coréen SK.

On note enfin un accroissement des commandes de navires propulsés au GNL, mais ceci représente encore une faible proportion des commandes de navires. Il est difficile de prévoir à quel rythme ce secteur va se développer.

7- Les navires de croisière « Le rebond »

Après deux années difficiles, l’industrie de la croisière se prépare à une nouvelle croissance impulsée par un espoir de développement sur les marchés asiatiques et en particulier la Chine.

18 navires représentant 26000 cabines ont été commandés aux trois chantiers européens (Fincantieri, Meyer Werft et STX France) avec des livraisons s’échelonnant jusqu’en 2020.

STX France a reçu commande d’un nouveau type de navire (le projet Vista de 167000 gt et 2250 cabines) avec deux commandes fermes et deux options. RCCL a commandé un nouvel Oasis de 2700 cabines. S’y rajoute deux navires de 1450 cabines pour Celebrity Cruises. STX France a désormais 6 commandes fermes jusqu’en 2020.

Les trois constructeurs européens ont leurs carnets de commandes pleins jusqu’en 2020.

8- Conclusions

La flotte continue à croître plus vite que la demande de transport maritime et ceci va s’accentuer avec tous les navires en cours de construction.

La capacité de production continue à augmenter.

La capacité de financement sera encore là, même si certains fonds de financement disparaissent.

La locomotive Chine s’essouffle.

La menace de surcapacité et de crise est patente.

La construction navale ne changera-t-elle donc jamais ?

 

Association Technique Maritime et Aéronautique © 2016 Tous droits réservés

MAGEEK Création de sites internet