Association Technique Maritime et Aéronautique
Panorama maritimes > 20172016201520142013

Les Energies Marines Renouvelables

Les capacités des éoliennes en mer européennes ont augmenté de 25% en 2017. Treize nouvelles fermes d’éoliennes ont été achevées et la capacité totale s’est accrue de 3,1 gigawatts (GW), portant le total de l’éolien offshore à 15,8 GW. Le Royaume-Uni et l’Allemagne ont concentré la presque totalité des nouvelles turbines puisque les deux pays ont respectivement installé 1,7 GW et 1,3 GW.

La taille moyenne des éoliennes installées en 2017 était de 5,9 MW, une augmentation de 23 % sur 2016. La taille moyenne des fermes éoliennes offshore raccordée en 2017 a été de 493 MW, soit 34 % de plus que l’année précédente. La profondeur d’eau moyenne des fermes éoliennes terminées ou partiellement achevées en 2017 a été de 27,5 m et la distance moyenne au rivage a été de 41 km.

La France accumule un retard certain dans le développement de l’éolien offshore, en raison notamment de lourdeurs administratives et des multiples recours déposés à l’encontre de chaque nouveau projet. Ainsi, la France n’a encore commercialisé aucun de ses parcs. Un retard qui risque d’être difficile à rattraper étant donné que des pays comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne commencent à être compétitifs avec une baisse de leurs coûts de revient et un prix descendant parfois jusqu’à 50 euros par MWh.

Entravés par de nombreux recours et par la recomposition de plusieurs consortiums industriels,  aucun des parcs éoliens offshore français attribués en 2012 et 2014 n'a de chance d'émerger avant 2020. Entretemps, la technologie a progressé et les coûts ont chuté, les derniers appels d’offres en Europe ont été gagnés sans subvention sur la base de coûts prévisionnels en dessous de 50 € le MWh conduisant l’Etat à penser à une remise en cause des conditions des contrats attribués (200 € le MWh).

A l’occasion des Assises de l’Économie de la mer, qui se sont tenues au Havre, le Premier ministre, Édouard PHILIPPE a rappelé « les milles restant à parcourir pour le développement des énergies de la mer », et exprimé la volonté du Gouvernement de rattraper ce retard. Les industriels du secteur regroupés dans EVOLEN, le GICAN et le SER demandent au gouvernement une réelle visibilité sur le calendrier des appels d'offres commerciaux qui consolideront la filière industrielle en France, face à une concurrence internationale de plus en plus vive.

L’éolienne flottante Floatgen du consortium mené par Ideol a été inaugurée en octobre 2017.

Coup dur pour l'hydrolien, General Electric a décidé en janvier 2017 de suspendre le développement de sa turbine Oceade de 1,4 mégawatt que développait Alstom. Comme Engie travaillait avec ces turbines sur un projet de quatre hydroliennes au Raz Blanchard (Manche), l’énergéticien a décidé d’arrêter ce projet "suite au défaut d’un fournisseur". Pour leur part, OpenHydro, filiale de Naval Group, et EDF ont annoncé, en novembre, l'arrêt de l'expérimentation d'hydroliennes au large de Paimpol-Bréhat. Les deux hydroliennes immergées à titre expérimental par 40 mètres de fond à 15 kilomètres de l'île de Bréhat et construites par OpenHydro devaient produire chacune 1 mégawatt. Mais, elles ont été sorties de l'eau en avril 2017 en raison de soucis de corrosion. Amenées au port de Cherbourg pour réparation, elles ne seront finalement pas remises à l’eau. L'arrêt de l'expérimentation de Paimpol-Bréhat ne signifie pas le retrait d’EDF et de Naval Energies qui poursuit la construction d’une usine d’assemblage à Cherbourg. En parallèle, OpenHydro a poursuivi ses expérimentations en en Baie de Fundy au Canada.

 

Eolienne flottante Floatgen à quai à Saint-Nazaire

Association Technique Maritime et Aéronautique © 2016 Tous droits réservés

MAGEEK Création de sites internet