Association Technique Maritime et Aéronautique
Panorama maritimes > 20172016201520142013

L'Industrie Offshore

Marché des hydrocarbures

L’année 2016 a été marquée par un ralentissement de la croissance de la demande mondiale de pétrole due au ralentissement de la croissance économique et une augmentation de la production des pays de l’OPEP et une chute de la production nord-américaine en raison d’un prix du brut ramené en moyenne sur l’année à 44 $ le baril. Cette situation a amené les pays de l’OPEP à s’accorder sur une baisse de production de  1,2 millions de baril/jour à partir de janvier 2017, entrainant une remontée du prix perceptible dès fin 2016. Les producteurs non-OPEP devrait suivre cette décision avec une baisse de 0,6 Mbarils/jour. L’ajustement offre/demande qui devrait s’ensuivre en 2017 dépendra, d’une part, de la rigueur de mise en œuvre de ces décisions, et d’autre part, de la capacité à remonter en production de l’industrie des produits de schiste nord-américaine. En scénario haut le prix du Brent pourrait se stabiliser entre 50 et 60 $/b, et en scénario bas demeurer entre 40 et 50 $/b.

Le gaz naturel représente approximativement un quart de la demande globale d’énergie dont 9,8 % est fournie sous forme liquide.

La flotte de navires conçus pour le  transport du Gaz Naturel Liquéfié s’étable à  439 unités, en comptant  les navires conventionnels et les FSRU. L’offre de transport, de stockage et de traitement du GNL a ainsi augmentée de 7% par rapport à l’année précédente.

Les technologies GTT continue de dominer le marché avec 73% des navires existants et de tous ceux à livrer durant la période de 2017 à 2022.

L’augmentation des capacités de liquéfaction, face à la demande de LNG, maintient les prix de ce dernier à un niveau stable autour de 5,5 $/MBtu. Le haut rendement énergétique de cette énergie associée à la mise en place progressive de taxes CO2 réduit fortement en Europe, l’écart de compétitivité entre gaz et charbon.

2016 a vu une nouvelle baisse des investissements en exploration-production qui a également touché, et c’est un renversement de tendance, les énergies renouvelables. Après une division par deux en deux ans, une reprise de ces investissements est attendue pour 2017.

L’industrie des hydrocarbures offshore est subdivisée en plusieurs segments, pour lesquels les besoins de support en mer sont différents :

  • Exploration
  • Production (CAPEX)
  • Production (OPEX)
  • Transport

Examinons ces différents segments.

Exploration

Plusieurs stades sont à considérer en séquence: sismique, forages d’exploration puis forage de délinéation. Les navires sismiques sont pour le moment suffisants pour répondre à un marché déprimé.

Passée de 18 navires en 2013 à 11 navires, fin 2015, la flotte de navires sismiques de CGG a vu désarmer en 2016 six navires supplémentaires. Les 5 navires restants, qui sont à l’arrêt, ont été transférés, début 2017 à une société commune CGG-Eidesvik.

Les forages d’exploration se font avec des bateaux (drillships) ou des semi-submersibles pour les grandes profondeurs et des jack-ups en faibles et moyennes profondeurs. Des jack-ups de grandes capacités (profondeur d’eau  de 150m, tenue aux vagues extrêmes et porte à faux du pont de forage) ont été mis sur le marché. Ils permettent de forer des puits au- dessus de jackets préinstallés (exemple du champ d’Hejre dans la partie danoise de la mer du Nord). Maersk en a reçu quatre qui peuvent travailler par tous temps. D’autres jack-ups ont été construits pour NDC à Abu-Dhabi. Des tendeurs de forages sont aussi utilisés.

En ce qui concerne semi-submersibles et bateaux pour le forage, l’offre est bien supérieure à la demande et peu de constructions sont à envisager en 2017/2018. Sur un total de 1 075 rigs existant chez les dix plus importantes compagnies mondiales de forage, 403 sont sous contrat, 159 en construction et 513 sans travail. Il faudra attendre une reprise des investissements pour retrouver une plus grande occupation de cette flotte. Deux régions peuvent voir un redémarrage des champs profonds en 2019 : le Brésil et l’Afrique du sud.

Production(CAPEX)

Les années 2016/2017  voient la fin de certains champs en Afrique de l’Ouest tels Moho Nord développé avec une TLP (plateforme à lignes tendues) et tender de forage semi-submersible. Quelques FPSO et FPU sont également installés. En Australie, les grands champs de gaz offshore sont en cours de finition avec des FPUs (Floating-Point Units) et des FLNGs (Floating Liquefied Natural Gas - PRELUDE pour SHELL réalisé par TECHNIP). A titre d’exemple, le FPU d’ICHTYS pour INPEX (TOTAL partenaire du projet) a été lancé en Septembre 2016 au chantier naval de SAMSUG en Corée et sera installé sur le champ au troisième trimestre 2017. Il est espéré un redémarrage des investissements en production en 2018, mais compte tenu des phases de FEED, Appels d’Offres, etc…  les contrats EPCI viendront fin 2018 et plus tôt.

Production (OPEX)

L’OPEX en offshore concerne essentiellement la maintenance des installations de surface, des installations sous-marines et des puits. La surface nécessite des bateaux qui desservent les ponts des plateformes avec des contrats à longs termes qui, tous, ont été renégociés. Leur nombre est actuellement suffisant pour effectuer ces tâches. La maintenance des puits sous-marins est actuellement effectuée par des bateaux de forage existants qui, compte tenu du marché, ont des tarifs intéressants pour ce type de travaux qui pourraient être exécutés par des unités plus modestes. Un navire dédié à ces interventions avait été envisagé, mais son coût pour les performances espérées est trop élevé dans le contexte actuel.

Transport

L’essor du gaz comme énergie propre acceptable a poussé la construction de méthaniers et autres navires transportant du gaz liquéfié, principalement utilisant la membrane GTT pour l’isolation. Le secteur ne subit pas de crise. En 2016, le chiffre d’affaires de GTT a augmenté de 4 % avec 5 nouvelles commandes dont un LNGC équipé de la dernière technologie Mark V, portant son carnet de commande fin 2016 à 96 navires après 27 livraisons.

Référence : Panorama 2017, Didier Houssin, IFPEN, janvier 2017

 

L’Oceanic Sirius, l’un des navires sismiques opérés par Eidesvik pour CGG

Association Technique Maritime et Aéronautique © 2016 Tous droits réservés

MAGEEK Création de sites internet