Association Technique Maritime et Aéronautique
Panorama maritimes > 20162015201420132012

La construction navale militaire

En 2011, l’industrie française de la construction navale militaire a réussi à maintenir un bon niveau de prises de commandes, grâce en particulier :

  • à la notification par la DGA de la commande du 3ème SNA dans le cadre du contrat BARRACUDA (DCNS),
  • aux contrats d’entretien des frégates La Fayette (DCNS) et des frégates de surveillance basées outremer (DCNS et STX France), 
  • au contrat que DCNS a signé le 17 juin 2011 avec Rosoboronexport pour la fourniture à la Russie de deux BPC de type Mistral.

Dans le cadre de ce contrat, DCNS est maître d’œuvre de la réalisation des deux BPC et réalisera l’intégration du système de direction des opérations du navire et du système de communications. La construction des deux plateformes de ces navires est sous-traitée à STX France à Saint Nazaire. Un accord de sous-traitance entre STX et le chantier russe OSK a été signé pour une participation des chantiers russes.

Le chiffre d’affaire 2011 pour DCNS s’élève à 2,6 milliards d’euros, il est légèrement supérieur à celui de 2010 (2,5 milliards d’euros).

L’activité de construction pour les besoins de la Marine Nationale peut être résumée ainsi:

Livraison début janvier 2012 (avec 3 mois d’avance) du BPC Dixmude par DCNS et STX France,

Assemblage des tronçons de coque du 2er sous-marin nucléaire d’attaque du type BARRACUDA (DUGUAY TROUIN) à Cherbourg, 

Essais à la mer de la 1ère frégate FREMM (AQUITAINE) à Lorient, et poursuite de la réalisation des 2ème  et 3ème frégates,

Fin de construction, mise à flot et essais du patrouilleur hauturier L’ADROIT (patrouilleur de la famille Gowind réalisé sur fonds propres par DCNS). Mise à disposition de la Marine Nationale début novembre 2011.

L’entretien des bâtiments de surface et des sous-marins représente toujours une charge importante pour DCNS et les industriels du secteur, même si les budgets d’entretien subissent des réductions régulières. Je citerai pour 2011 la poursuite du grand carénage du SNLE LE VIGILANT et son adaptation aux nouveaux missiles M51.

Concernant l’exportation, l’année écoulée a été marquée par les activités suivantes pour DCNS :

Mise à flot à Lorient et poursuite de la construction de la frégate FREMM pour le Maroc,

Fin de réalisation à Indret et livraison au Pakistan de la 3ème propulsion anaérobie MESMA destinée à équiper le dernier sous-marin type AGOSTA,

Poursuite du transfert de technologie pour la réalisation des sous-marins SCORPENE par l’Inde, fourniture d’équipements principaux par DCNS.

Jonction à Cherbourg des tronçons de la partie avant du premier sous-marin SCORPENE pour le Brésil, et poursuite de la formation d’ingénieurs  brésiliens à l’école de conception de sous-marins à Lorient. 

Aux Constructions Mécaniques de Normandie à Cherbourg, la première corvette de type BAYNUNAH pour les EAU a été livrée à la marine émirienne en décembre 2011. Aux EAU, 3 autres corvettes construites dans le cadre des accords de transfert de technologie ont été mises à l’eau par le chantier ADSB. Les 2 dernières corvettes sont en cours de montage.

RAIDCO Marine a livré en juin 2011 à la Marine Royale du Maroc le patrouilleur de 70 mètres BIR ANZARANE construit en sous-traitance au chantier STX de Lorient.

Par ailleurs les CNIM et la SOCARENAM ont poursuivi la livraison d’engins de débarquement type L-CAT  pour les BPC type MISTRAL.

Il faut signaler enfin quelques évènements importants qui ont marqué l’année 2011 dans le domaine naval de la défense en France :

Dans le cadre de l’intervention militaire décidée par l’ONU en Libye, la France a joué un rôle déterminant dans l’opération nommée Harmattan, menée du 19 mars au 31 octobre 2011 au sein de l’OTAN. Plusieurs navires de la Marine Nationale, dont certains venaient d’être admis au service actif, sont intervenus avec efficacité dans les opérations, en particulier le PA Charles de Gaulle et son aviation embarquée, les BPC Mistral et Tonnerre équipés des hélicoptères de combat de l’Armée de Terre, et la frégate anti aérienne Forbin. Opérationnels et ingénieurs retireront une expérience fort utile de ces opérations menées contre la terre.

La piraterie au large de la Somalie a continué à menacer le transport maritime, ce qui a conduit la France et de nombreux autres pays à conserver des moyens navals sur zone et à adapter les navires en conséquence. 

Un accord  sur la coopération de défense et de sécurité avait été signé par la France et le Royaume-Uni fin 2010. Il s’est poursuivi en 2011 par un examen des domaines technologiques sur lesquelles une coopération était souhaitée (guerre des mines, interopérabilité).

Dans le domaine de la R&D, il convient de signaler le travail effectué en 2011 par le CORICAN (conseil d’orientation de la recherche et de l’innovation pour la construction et les activités navales) aboutissant à un plan prioritaire d’études retenu par l’ensemble des industriels.

Du point de vue stratégie industrielle, il est à noter que Thales, soutenu par Dassault, est passé de 25 à 35 % dans le capital de DCNS.

Enfin, une réduction des budgets de défense des pays européens apparaissant inéluctable en raison de la crise, les industriels du secteur orientent leurs activités vers l’export (création de filiales à l’étranger) et la diversification (offshore, énergie).

 

Frégates

Association Technique Maritime et Aéronautique © 2016 Tous droits réservés

MAGEEK Création de sites internet